Robert Doisneau : le noir et blanc puissant et esthétique !

Publié le : 27 mai 20213 mins de lecture

Robert Doisneau est un des meilleurs photographes de son époque et ces clichés noirs et blancs continuent d’émerveiller le public. Il avait sa propre façon de travailler et composait ses cadres à la manière d’un cinéaste qui construit ses plans. Aucun détail n’était laissé au hasard. La capitale était un de ses thèmes favoris et chacun a dans sa tête ces inoubliables photographies en noir et blanc.

Le temps des premiers succès

Robert Doisneau est né en 1922 à Gentilly, en région parisienne dans une famille bourgeoise. À quinze ans, il apprend la gravure et la lithographie à l’école Estienne à Paris et commence à concevoir des étiquettes. Il devient assistant caméra au studio d’André Vigneau en 1931, où il découvre des débouchés artistiques qui l’enchanteront. Il travaille dans le milieu de la publicité (chez Renault), se fait licencier pour retards à répétition. Il accepte un poste attractif de photographe indépendant. Mais la Seconde Guerre mondiale éclate et met fin à ses projets. Plus tard, dans l’euphorie parisienne d’après-guerre et malgré le fait qu’il doit gagner sa vie, Robert Doisneau amasse les photos qui rencontreront un grand succès, arpentant obstinément des lieux où l’on croit qu’il n’y a rien à voir, à la quête de moments furtifs, d’endroits éclairés par les rayons du soleil.

Une esthétique de la photo incomparable

Parmi les grands noms de la photographie française, celui de Robert Doisneau figure en bonne position. On peut rester des heures à contempler ses clichés en noir et blanc, puissants et esthétiques. Photographe de génie, il arpente les rues de la capitale, il peut rester des heures avant d’immortaliser un instant unique, poétique où se mêlent joie, humour, insouciance, passion, mais aussi quelques fois dureté de la vie, tristesse, mélancolie. Il photographia dans un état d’esprit proche de celui de la littérature, rien d’étonnant d’ailleurs puisque ses meilleurs amis s’appelaient Prévert, Robert Giraud ou Cendras.

Des photos riches en émotion

Pour beaucoup de personnes, Robert Doisneau est une sorte de poète de la vie du quotidien et ses clichés noir et blanc sont le reflet d’une profonde passion pour ces rues parisiennes et ces âmes qui les habitent. Ce sont aussi les souvenirs d’une histoire, celle d’une ville, dans les années d’après-guerre. Robert Doisneau est aussi le témoin de l’Histoire, celle du début des années 30 à la fin du 20ᵉ siècle. Un pan de l’histoire particulièrement riche en émotions et souvenirs.

Plan du site